Une architecte brésilienne apprend à des femmes démunies à construire leurs propres maisons


08 novembre 2019 - 242 vues

C'est dans un contexte grave de déficit de logements au Brésil que l'architecte brésilienne Carina Guedes a fondé, en 2014, le projet "Arquitetura Na Periferia" (Architecture à la périphérie), souhaitant trouver des solutions à la situation de nombreuses familles et de femmes seules, contraintes de se déplacer vers la périphérie des villes pour trouver un foyer et une autonomie.

Face à cette situation, Carina Guedes voulait réagir efficacement et durablement. Elle a donc décidé, avec l'aide d'autres collègues comme l'architecte Marina Bornel et les ingénieurs civils Rafaela Dias et Tereza Barros, de créer Arquitetura Na Periferia pour aider et enseigner aux femmes seules à construire leurs propres maisons : "Nous travaillons pour que les femmes aient une autonomie maximale dans le processus décisionnel impliquant leur foyer" insiste Carina.

Actuellement, Arquitetura Na Periferia opère dans des favelas des grandes villes, où Carina Guedes constate une très grande différence entre les progrès réalisés par la conquête des droits civils et le pouvoir de décision des femmes dans leurs foyers : « Dans les travaux de génie civil et dans les décisions relatives à la construction de la maison, la majorité des personnes interrogées affirment que leurs souhaits ne sont pas respectés, et certaines ne sont même pas consultées ! C'est le père, l'oncle, le mari ou le maçon qui décident. Cela entraîne des conséquences préjudiciables dans la vie des femmes qui, en plus du travail, s'occupent de l'entretien de la maison, dans des conditions parfois ubuesques, comme des cuisines non ventilées, des escaliers trop étroits, des robinets sous lesquels un seau ne peut même pas être inséré ! »

Pour le plus grand plaisir de beaucoup, le projet Arquitetura Na Periferia prend toujours plus d'ampleur, de jour en jour. La dernière campagne de collecte de fonds en est un exemple : elle a récolté l'équivalent de 42 210,00 $ en réaux brésiliens sur les 30 000,00 $ espérés. Un succès qui va de pair avec le fait que, grâce à cette initiative remarquable, de plus en plus de femmes de la périphérie sont propriétaires de leur maison et de leur destin.

Source : UPSOCL

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article