School&Trees : l’association lyonnaise qui fait grandir les têtes et pousser des arbres en Ouganda !


24 janvier 2022

School&Trees : l’association lyonnaise qui fait grandir les têtes et pousser des arbres en Ouganda !

David et sa femme Capucine ont créé School&Trees, une association humanitaire qui plante des arbres, scolarise des enfants et donne l’accès à l’eau à toute une communauté, grande comme la ville de Lyon, en Ouganda ! CAPSAO les interviewe !

C'est l'histoire d'un tour du monde, qui a fait prendre un tournant humanitaire à plusieurs vies : celles de David Fichet, 38 ans, et de sa femme, Capucine, pour commencer, qui en 2019 réalisent ensemble ce tour du monde.

La prise de conscience. Un tour du globe peut coûter cher en empreinte carbone, alors pour donner le change, David décide avec sa femme de planter des arbres, quelque part, à leur tour. Pour se renseigner sur le sujet, durant leur voyage, ils décident d'abord de visiter des sites de reforestation à Bornéo et à Madagascar. « Ce sont des zones très arides et très déforestées. Mais grâce à ces visites, j’ai pu prendre conscience qu’avec un petit peu d’argent et de la motivation, la déforestation peut s’inverser », explique David, à l’époque ingénieur dans l’industrie. 

Le lieu ? David et Capucine choisissent l'Ouganda, et plus précisément : le district de Kasese à l’ouest de Kampala, la capitale. Une commune aussi grande que la ville de Lyon intramuros qui compte une communauté de 20 000 personnes

Après la visite de cette commune rurale et d’une des écoles primaires qui comportait déjà une pépinière de 1000 arbres, la décision est prise ! Ce sera là :  « J’ai simplement passé 1h dans cette école très pauvre, le sol en terre, avec ni portes, ni fenêtres. J’ai beaucoup discuté avec Elias, 28 ans, le chef enseignant. Et j’ai été touché par l’énergie des professeurs sur place, qui ne gagnent que 35€ par mois, et par la grande déscolarisation ». 

David et Capucine décident alors de donner 500€ à l’école St Mary School pour planter 5 000 arbres supplémentaires en leur nom. C’est le début d’un projet qu’il ne pensait pas encore réaliser...

Elias qui fait le lien sur place entre l’asso en France et l’asso en Ouganda inspire beaucoup David. Même s’ils se connaissent peu, une confiance s’est très vite installée des deux côtés : « Il a fallu instaurer une confiance mutuelle. Nous échangions uniquement par WhatsApp. Nous envoyions de l'argent petit à petit et nous voyions les avancées de la plantation », raconte-t-il. La confiance a fait grandir la pépinière !

Quatre mois plus tard, David et Capucine veulent partager leur expérience et surtout faire grossir le projet. Un crowdfunding est alors lancé sur leur page Facebook pour recueillir des dons. L’objectif : lancer un projet de récupération des eaux de pluie en plus de la plantation d’arbres. Alors qu’ils sont toujours en voyage, 3 000€ sont récoltés.

En février 2020, le couple rentre en France, et un mois plus tard l’association School&Trees prend racine à Lyon. Son but ? Planter des arbres pour aider à la reforestation sur le territoire de cette communauté, donner l’accès à l’eau à l’école et à la communauté, et scolariser les enfants du secteur.  

« C’est un triptyque qui fait sens d’un point de vue humanitaire pour assurer le futur, dans cette région où tous souffrent de la sécheresse et les saisons sèches sont de plus en plus longues. Car les arbres sont communautaires et distribués aux fermiers qui eux font pousser en parallèle du maïs et des haricots (les produits alimentaires de base dans ce pays). Ainsi, planter des arbres contribue à augmenter le degré d’humidité et la fréquence des pluies, sans lesquelles la région ne résisterait pas au réchauffement climatique », souligne David. Sur place, tout est organisé grâce à une équipe solide, dans laquelle tous les acteurs sont des fermiers locaux et des associations locales, le but étant qu’ils deviennent tous autonomes grâce aux conseils en agroforesterie prodigués par School & Trees. 

La dernière fois que David a pu revoir toute la famille, c’était en décembre dernier : « J ‘ai vu les arbres plantés, les semis en train de pousser et j’ai pu constater que le projet était très bien géré sur place, ce qui le rend fiable ». Aujourd'hui, 106 000 arbres ont été plantés grâce à ce projet : des acacias et des eucalyptus, qui poussent facilement et très vite dans ce terroir. Pour 2022, le projet de l’association est de diversifier les arbres plantés, en y ajoutant des arbres fruitiers. L’objectif ? planter 1 million d’arbres dans toutes les communautés voisines. 

En Ouganda, tout ce projet est une histoire de passion et de famille. « L’école St Mary School a été créée par Joseph, le père d’Elias qui était frappé par la déscolarisation et les mariages précoces qui en découlent. Elias a repris en charge l’école en 2015 avec son frère Tadeo, professeur également. Dans l’association, il s’occupe des relations entre les fermiers et les nursery. Maria, la femme d’Elias est elle professeur de maternelle, et Niesse, une amie de la famille, également » raconte David, ému.

Si côté terrain, en Ouganda, une équipe est en place, en France, l’association compte aujourd’hui 11 personnes dont 4 salariés et 5 étudiants bénévoles.

Depuis, School&Trees a également lancé un projet de parrainage d’enfants : avec un don de 8€ par mois, le donateur peut parrainer un enfant pour le scolariser. Ces 8€ permettent de financer tout à la fois : l’enseignement, le petit déjeuner, le déjeuner, une tenue pour l’école, une tenue de sport et les fournitures scolaires. En 2019, l’école comptait 290 élèves. Avec le projet des arbres, du puits, de l’eau, et de l’électricité, en seulement 2 ans, l’école est devenue plus attractive et compte désormais 410 enfants scolarisés. L’association en parraine 62.

L’association garantit un lien entre le parrain et le filleul : « Comme il existe un lien entre nous en France et l’équipe de l’association là-bas, le parrain a une fiche de l’enfant avec son prénom et aura des nouvelles de son filleul tous les trois mois. Ca devient concret ! », affirme David. 

Et l’association ne s’arrête pas là quant au projet scolaire : elle espère aussi faire agrandir les dortoirs pour y accueillir 65 enfants. Car parfois, les enfants doivent faire plusieurs kilomètres de marche pour se rendre à l’école, et beaucoup ne peuvent pas faire les allers-retours tous les jours. Grâce au dortoir, ils pourront dormir sur place du lundi au vendredi.

A travers ce projet, David, qui « n’était pas du tout dans l’humanitaire », s'est rendu compte qu’en lançant les choses et en mettant de l’énergie mutuelle entre lui et Elias, les choses peuvent se faire. « School&Trees donne un vrai sens à ma vie, et cela me permet d’accueillir la justice sociale et climatique ».