Les très jeunes féministes ont maintenant leur magazine : Tchika !


14 mai 2020

Pour une jeune fille, il n’est malheureusement pas utile d’attendre l’adolescence pour se voir confrontée au sexisme. Dès l’enfance, il est déjà partout ! Les livres (et même les manuels d'école), les jouets, les jeux dans la cour d’école et aussi et surtout dans les mentalités !

Un certain nombre d’initiatives ont vu le jour, depuis plusieurs années, pour tordre le cou au sexisme, et cela dès le plus jeune âge. Que ce soit à l’école primaire où les enseignant(e)s abordent la question de l’égalité des sexes et en faire une valeur constante, chez certains fabricants de jouets qui ont abandonné les gammes roses et les gammes bleues pour la jouer unisexe, ou encore sur les terrains de sport où bon nombre d'entre eux se sont ouverts au développement d’une section féminine (notamment le football féminin, en pleine expansion, ou encore le rugby, sports ô combien machos !).

Mais les (mauvaises) habitudes ont encore la peau dure, et toutes les initiatives sont bonnes à prendre pour combattre efficacement les stéréotypes de genre.

Aussi, le magazine Tchika a vu le jour il y a presque un an, avec un tirage à 2 000 exemplaires pour son premier numéro et, au passage, une grande première puisqu’il est le premier trimestriel féministe pour les enfants de 7 à 12 ans, ce qui était inédit en France.

Même si, comme son nom l’indique (à lire « Chica », à l’espagnole !), le magazine est tout d’abord destiné aux jeunes filles, il est hors de question de sombrer dans la mode « Girly » ! Ici le rose est quasiment proscrit (plutôt au profit du orange) et le ton est loin d’être « nous sommes toutes des princesses » ! Chez Tchika, il n’y a pas de princesses qui tiennent, mais de futures femmes qui doivent être fières de l’être !  Et ces futures femmes, les « Tchikas » qui jalonnent les pages de la publication, sont représentées sous forme de super-héroïnes !

L’intention du magazine est de montrer aux petites filles qu’elles sont fortes, qu’elles peuvent se construire seules et comme elles l’entendent, qu’elles ont le droit d’avoir des rêves et qu’elles ont largement les moyens de les concrétiser, quelles que soient leurs origines, leurs conditions sociales ou leurs niveaux scolaires.

Chaque numéro comporte ainsi un dossier dédié à une petite fille inspirante du quotidien, mais aussi des articles sur de grandes figures féminines qui ont su abolir la notion de genre pour s’imposer : Rosa Parks, Frida Kahlo, la spationaute Claudie Haigneré, Greta Thunberg ou encore la footballeuse Amandine Henry. Mais Tchika parle aussi de tout et de tous : sciences, société, culture, sports, écologie… tout en veillant bien à rester à hauteur de la catégorie d’âge, comme l’explique Elisabeth Roman, la créatrice du magazine (ancienne rédactrice en chef de Sciences & Vies découvertes et de Canal J) : « Je n’ai jamais eu de tabous sur les sujets à traiter : on peut tout expliquer, à condition de parler de notions que les enfants connaissent. Aujourd’hui, ils ont accès à beaucoup d’informations alors autant leur expliquer ! ».

Un très bel outil, pédagogique, informatif et ludique dont les garçons ne sont surtout pas exclus, et c’est aussi l’une des belles réussites de Tchika : réussir à intéresser tout le monde !

Bref, une magnifique initiative que nous ne pouvons qu’applaudir et promouvoir ! Le magazine est disponible sur abonnement sur son site.

Source : ohmymag.com / franceinter.fr

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article