Les hommes ont une journée à eux, et c’est juste !


18 novembre 2021

Les hommes ont une journée à eux, et c’est juste !

Si le 8 mars c’est la Journée internationale des droits des femmes, le 19 novembre, c’est la Journée internationale des hommes. Et ça depuis 1999. Car les hommes aussi peuvent souffrir du patriarcat et de la pression sociale et dogmatique. CAPSAO EDITO

Si le patriarcat est décrié et remis en cause par les féministes et mouvements des femmes partout dans le monde, les hommes sont souvent pris à partie pour participer à ces mouvements dits « féministes ». Certains hommes ont donc élevé, eux-aussi, la voix aux côtés des femmes dénonçant les pressions sociales et environnementales dictées par le patriarcat.

En prenant un peu de recul, les hommes subissent aussi ces pressions et dès leurs plus jeunes âges. La couleur bleu c’est pour les garçons. Les sports pratiqués par des garçons doivent être des sports masculins. Un sport collectif ou un sport de combat. La danse ? Ah non, la grâce est réservée aux filles.

Le garçon se doit d’être un petit casse-cou qui chahute, qui exprime sa virilité, sa puissance. Un homme doit gagner plus que sa conjointe, un homme doit protéger sa famille d’un danger financier possible. D’un danger de confort de vie. Doit s’assurer d’avoir une carrière. D’être un conjoint exemplaire. D’être un père exemplaire. D’être un fils exemplaire. D’être un employé exemplaire. Un chef de tribu. Les standards stéréotypés sont tous au vert. 

Ces jugements et attentes de la société et l’environnement dans lequel un garçon, un homme évolue agit comme une charge mentale sur l’adulte en devenir. Cela peut créer des frustrations, des névroses, des traumatismes intellectuels et psychologiques et donne une réalité faussée de ce que l’être humain est et veut devenir. 

L’homme a en son sein une part dite de féminité, et la femme a en elle, une part dite de masculinité. Les hommes et les femmes sont  individuellement différents et semblables. L’égalité ne peut résider que dans l’équité de des êtres. Les genres, aujourd’hui, ne veulent plus rien dire, c’est la loi du cœur et de l’amour universel qui compte. Et pourquoi pas une journée internationale des Humains uniques et entiers ? 

Bonne journée des hommes tout de même, chers amis !