Le syndrome d’Asperger : le droit à la différence ! 


18 février 2022

Le syndrome d’Asperger : le droit à la différence ! 

Le syndrome d’Asperger est un Trouble Envahissant du Développement (TED), également appelé trouble du spectre autistique. Un trouble mal connu de notre société, c’est pourquoi ce 18 février c’est la Journée symbolique pour la reconnaissance du syndrome d’Asperger. 

Une journée symbolique, mais pas que. C’est également l’occasion de prôner la reconnaissance du droit à la différence.

L’une des principales différences entre le syndrome d’Asperger et les autres spectres de l’autisme est que, par définition, il n’y a pas de retard dans l’acquisition du langage chez les enfants atteints d’un syndrome Asperger. Ils ont d’ailleurs bien souvent de bonnes compétences linguistiques et cognitives ! 

Une autre distinction entre le syndrome d’Asperger et l’autisme concerne les capacités cognitives. Bien que certaines personnes atteintes d’autisme aient une déficience intellectuelle, par définition, une personne atteinte du syndrome d’Asperger ne peut pas subir de retard cognitif « cliniquement significatif » et la plupart possèdent une intelligence moyenne à supérieure à la moyenne.

Les enfants autistes sont souvent considérés comme distants et indifférents aux autres. Ce n’est pas le cas avec le syndrome d’Asperger. Les personnes atteintes du syndrome d’Asperger souhaitent généralement s’intégrer et interagir avec les autres, mais souvent, elles ne savent pas comment s’y prendre.

Leurs intérêts pour un sujet spécifique peuvent frôler l’obsession. Les enfants atteints du syndrome d’Asperger aiment souvent collectionner des objets, tels que des cailloux ou des capsules. Ils peuvent maîtriser des catégories de connaissances, telles que toutes les statistiques du tennis, du football ou encore les noms latins des fleurs. Ils peuvent avoir une très bonne mémoire, mais avoir des difficultés avec des concepts abstraits. 

Le syndrome d’Asperger présente des particularités propres à l’autisme qui sont cependant considérées comme moins graves. C’est pourquoi les enfants atteints de ce syndrome ne sont pas traités comme ils le devraient, explique l’Association Pour la Reconnaissance du Droit à la Différence (APRDD). 

 Pour les parents des enfants touchés par ce syndrome, il est nécessaire d’offrir des soins adaptés à ces enfants qui sont dotés d’une mémoire exceptionnelle mais qui ont des difficultés à saisir les codes sociaux.

Chaque différence est importante et doit être prise en compte. La généralité ne peut s’appliquer. Voilà en quoi il est important d’avoir des Journées, symboliques soit-elles, pour comprendre toutes les différences qui existent dans notre société et chez nos enfants atteints de troubles ou non. 

Sources : linfo.re et bloghoptoys